films 3D Une sélection de films en 3D à voir pendant les vacances…

| aucun commentaire
Star Wars
22 février 2012 à 04:17 | auteur : la rédaction

En période de vacances, les films 3D ont la cote, et s’imposent comme le divertissement familial par excellence. Le mois de février n’échappe pas à la règle et propose son lot de films en relief. Vacances obligent, voici le programme des réjouissances.

Et bien évidemment, l’évènement 3D qui n’a laissé personne indifférent est bien entendu, la ressortie en salles de « Star Wars : Episode I-La Menace Fantôme ». La mythique saga de George Lucas, s’est payée le luxe d’un revêtement en 3D, et ce, pour le plus grand plaisir d’un bon nombre de  fans acharnés. « Star Wars » n’en finit pas d’être exploité à foison, Jedi et Sith ont intégré notre réalité de manière spectaculaire. Cette  fois-ci, George Lucas  a une la très bonne idée de redonner un coup de jeune à sa saga, en profitant de la mode de la conversion 3D. Et c’est « La Menace Fantôme » qui nous est (logiquement) proposée avec en bonus, la distribution de  lunettes 3D spéciales « Star Wars, » similaires à celles que le jeune Anakin Skywalker porte lors de la course de Podracer. « La Menace fantôme » est considéré comme l’épisode le moins réussi de la saga, mais ce petit retraitement en 3D devrait faire son effet. Le premier épisode revient sur l’enfance de Dark Vador, alias Anakin Skywalker et son intégration en tant qu’apprenti Jedi, auprès d’Obi Wan Kenobi. Et puis, on ne se lasse pas de revoir les personnages imaginés par maître Lucas, et d’entendre la légendaire musique du générique défilant dans les étoiles, signée par Monsieur John Williams. La force vous attend en salles dès maintenant et probablement en Blu–Ray 3D, ce printemps !

« Voyage au Centre de la Terre 2 : l’île mystérieuse », est le divertissement familial de cette saison. Le film fait suite au premier volet « Voyage au centre de la terre », avec Brendan Fraser (La Momie) dans le rôle titre. Le premier opus, a relancé l’engouement pour la 3D et a permis l’équipement  des premières salles en 3D. Une réussite, puisque « Voyage au centre de la Terre » est longtemps resté le seul film en 3D à l’affiche. Et  vu l’engouement des spectateurs face à l’arrivée du relief dans les salles, d’autres productions en 3D n’allaient pas tarder  à pointer leur nez.  Ce deuxième volet reprend l’idée de base, à savoir la découverte d’un mystérieux monde, dans lequel fourmillent de nombreuses créatures hostiles. La nouveauté réside essentiellement dans son casting, puisque Brendan Fraser a laissé sa place à Dwayne Johnson, anciennement appelé « The Rock ». On se demande pourquoi ?Miss High School Musical, Vanessa Hudgens fait également partie de l’aventure, mais la véritable (belle) surprise est la présence à l’affiche du très distingué Michael Caine. Tout ce beau monde, se retrouve accidentellement au cœur d’une jungle mystérieuse, qui les mènera au cœur de la légendaire cité engloutie, l’Atlantide. Ils vont devoir s’échapper avant le réveil d’un volcan, menaçant la disparation (définitive cette fois) de la cité. Un scénario pas très original, mais « Voyage au Centre de la Terre », vaut essentiellement le coup d’œil pour ses décors, ses couleurs, et bien entendu sa 3D. Un film qui aurait tout a fait sa place en tant qu’attraction au Futuroscope. En attendant rendez-vous en salles !

Et pour clore ce chapitre, une autre suite fait l’objet d’une sortie en 3D, l’adaptation du comics du même nom « Ghost Rider : l’esprit de vengeance », toujours avec Nicolas Cage. L’esprit maléfique Zarathos, a pris possession du pauvre Johnny Blaze, bien décidé à s’en débarrasser  une bonne fois pour toute. Chevauchant sur une moto, le crâne enflammé, le motard maudit part à la recherche d’un petit garçon porteur d’une prophétie. Le premier volet n’avait pas rencontré le succès escompté : critiques désastreuses, fans déçus, et box office très moyen. Tout ceci n’a pas entamé l’enthousiasme des deux réalisateurs,  Mark Neveldine et Brian Taylor, qui ont repris le flambeau (sans mauvais jeu de mot) , bien décidés à fêter comme il se doit les 40 ans du héros créé en 1972, par Roy Thomas  et cary Friedrich. Quant à Nicolas Cage, il a accepté de réendosser le  costume de  Ghost Rider, certainement pour le plaisir de se glisser dans la peau d’un super héros, lui,  qui a choisi le nom de Cage en référence à un personnage de comics. La nouveauté réside dans le recours à la 3D, qui s’associe parfaitement au style nerveux des réalisateurs. Brian Taylor revient sur la décision de tourner en relief : « Depuis le tout début, nous souhaitions réaliser ce film en 3D. Nous aimons les expériences immersives. C’était une idée intéressante, particulièrement en raison de notre façon de tourner. »

notez cet article

mauvaispas terriblemoyenbienexcellent ( 2 votes, moyenne : 2,50 sur 5 )
partagez sur